Devenir psychologue au service du handicap

Il y a quelques années, je commençais des études afin de devenir psychologue. Je ne savais pas encore dans quelle voie je voulais me lancer, mais j’avais la conviction profonde que j’étais faite pour accompagner des sujets dans leurs difficultés. Malheureusement, le parcours pour devenir psychologue est souvent long, semé d’obstacles, et il est très difficile d’accéder au Master 2 qui donne le titre de psychologue.

Après un premier refus d’admission, je décidai d’entamer une formation d’art-thérapeute, pour gagner ma vie, mais cette profession est précaire, non reconnue officiellement, et la formation plus « poétique » que scientifique. Les années passant, je ne me voyais pas continuer dans cette voie, qui offrait peu de débouchés.

Après un travail personnel en psychothérapie, qui m’a aidée à voir plus clair dans mon orientation professionnelle, je décidai de poser ma candidature pour le Master 2 de psychologie du développement, spécialisé dans la construction de l’intelligence, et adapté au travail d’accompagnement d’enfants autistes que j’effectuais alors en tant qu’art-thérapeute. Mais avec deux enfants et mes maigres revenus que j’ai dû diminuer pour me consacrer à ma formation, le salaire de mon compagnon ne suffisait pas pour nourrir la famille. Je souhaitais tout de même tenir bon et terminer ma formation, car je voulais avoir des connaissances et un savoir-faire me permettant d’apporter un soin plus efficace pour ces enfants manquant cruellement de prises en charge.

J’ai donc fait appel à la Fondation Après-Tout, pour m’aider à financer le coût de ma formation, et ainsi aller au bout de mes projets.

Grâce à cette aide financière, je n’ai pas été contrainte d’abandonner ma formation ; j’ai effectué un stage dans un foyer auprès d’une jeune femme autiste à qui j’ai pu apporter un suivi très bénéfique, et que je continuerai de suivre en tant que psychologue puisque mon travail a été très apprécié. J’ai également effectué un stage à l’Association des Paralysés de France, dans lequel j’ai accompagné des personnes en situation de handicap qui souhaitaient apprendre à lire. Mon travail auprès de l’équipe de formateurs a été également très apprécié et ils considèrent aujourd’hui la présence d’une psychologue du développement comme indispensable à ce genre d’atelier.

Aujourd’hui je suis plus que jamais motivée à apporter mon aide à des personnes atteintes d’autisme ou d’autres handicaps, et ma motivation est tellement forte qu’elle m’a amenée à réussir mon année avec une mention « très bien ». Je suis donc diplômée en psychologie du développement et mes compétences actuelles me permettront enfin d’apporter une aide efficace dans la construction des processus cognitifs des sujets, mais aussi dans la construction de leur identité.

Mon objectif est que ces personnes puissent être reconnues comme sujets à part entière, et particulièrement les adultes, que l’on considère trop souvent comme « inaptes » à être éduqués ou incapables d’évoluer.

Sophie Létard


envoyer l'article par mail envoyer par mail
Version imprimable de cet article Version imprimable

Voilà une série de questions à se poser pour pouvoir préparer un bon dossier de demande de soutien par la Fondation Après-Tout :

En savoir plus

La Fondation a besoin du concours de tous pour réaliser ses objectifs et soutenir tous ceux qui s’adressent à elle avec des projets constructifs dans les réalités que sont la santé, le social, la justice et le monde pénitentiaire.

En savoir plus

Contact

Fondation Après-Tout

Adresse : 15 rue Jean Perréal 69008 LYON

Mail : contact@apres-tout.org

Rechercher